Mohamed Ali : un champion musulman !

Son enfance:

Cassius (qui sera plus tard Mohamed Ali) est né le 17 janvier 1942 à Louisville. Il porte le nom d’un général abolitionniste du Kentucky, Cassius Marcellus Clay, qui affranchit ses milliers d’esclaves au début du XIXe siècle.

Son premier contact avec la boxe se fait dans une caserne de police, suite au vol de son vélo, il dit vouloir apprendre à boxer afin de terrasser le voleur. Le policier Joe Martin l’encourage à commencer la boxe et l’entraîne à ses débuts. Si les résultats scolaires de Clay étaient bons, ses performances sportives étaient remarquables : encore au lycée, il remporte 6 Kentucky Gold Glove, qui lui permettent d’obtenir son diplôme malgré des notes médiocres. De manière prémonitoire, le principal annonça lors de la délibération concernant la remise de son diplôme de fin d’étude que Clay serait un jour « la chance de célébrité de cette école ».

Ses début en boxe:

Aux Jeux olympiques d’été de 1960 à Rome, il gagne la médaille d’or des poids mi-lourds. Il passe alors professionnel sous la tutelle d’Angelo Dundee et se fait rapidement connaître pour son style peu orthodoxe. Ses résultats spectaculaires et son auto-promotion incessante. Il se fait connaître sous le surnom de « Louisville Lip » (la lèvre de Louisville) en composant des poèmes prédisant à quelle reprise il mettrait son adversaire K.-O. Il n’hésitait pas à clamer ses propres louanges avec des phrases telles que « Je suis le plus grand » ou « Je suis jeune, je suis mignon et je suis totalement imbattable ». Il conservera pendant toute sa carrière ce verbe haut qui est un de ses points les plus caractéristiques.

À Louisville, le 29 octobre 1960, il gagne son premier combat professionnel aux points contre Tunney Hunsaker. Clay part ensuite pour la Floride avec son entraîneur Angelo Dundee. Le jeune médaillé d’or de 19 ans remporte quelques victoires et va même jusqu’à accomplir une exhibition contre l’ex champion du monde Ingemar Johansson qui prépare son troisième combat contre Floyd Patterson. Cassius repart ensuite dans son fief de Louisville et continue à vaincre tous ses adversaires. C’est en 1962 que sa notoriété commence à se répandre à travers l’Amérique. Clay boxe pour la première fois dans les villes de New York et Los Angeles. Le 15 novembre, il remporte un succès tonitruant contre Archie Moore en quatre rounds. Clay avait prédit avant le combat qu’il stopperait son adversaire au 4e.

C’est l’année 1963 qui ouvrira au futur Ali la voie jusqu’au titre de champion du monde. Il gagne aux points avec difficulté contre Doug Jones dans ce qui va devenir le combat de l’année et fait à nouveau parler de lui en obligeant l’arbitre à arrêter son combat contre Henry Cooper pour blessure au 5e round. Cooper avait au round précédent envoyé Clay à terre pour la première fois de sa carrière. Nommé boxeur de l’année 1963, c’est presque naturellement que Clay devient l’adversaire du champion du monde Sonny Liston, mais malgré 19 victoires dont 15 K.O. et aucune défaite, il semble peu probable que le boxeur de Louisville parvienne à vaincre un boxeur jugé invincible.

Le 25 février 1964 à Miami, le public s’attend à une formalité pour le tenant du titre. À la surprise générale, Liston se retrouvera dominé par un Clay énergique qui se servira de sa rapidité et de son jeu de jambes parfait avec brio, imposant son style à un champion furieux qui ne trouvera pas de solutions. À l’appel de la 7e reprise, le champion épuisé et blessé à l’épaule abandonne. Cette victoire en 6 rounds contre le plus puissant puncheur de l’époque (1 m 84 pour 99 kg) est le plus grand combat d’Ali dans les années 1960. La qualité de ses feintes et de ses enchaînements firent à nouveau de lui le gagnant du combat de l’année.

Cassius Clay devient Mohamed Ali

Entre les deux matchs, il devient également célèbre pour des raisons dépassant le domaine sportif : il rejoint la Nation of Islam (Nation de l’islam) et change son nom en Cassius X, en hommage à son mentor et ami Malcolm X qui fut aussi le seul musulman à le soutenir avant son premier combat contre Liston (Malcolm X a d’ailleurs assisté au premier combat) puis il reçoit le nom de « Muhammad Ali » de la part d’Elijah Muhammad, chef du mouvement. Une lutte de pouvoir s’engagera autour d’Ali entre Elijah et Malcolm X. Finalement, Ali tournera le dos publiquement à Malcolm lors d’un voyage au Nigeria en 1964 et sera managé par Herbert Muhammad, le propre fils d’Elijah. La notoriété du boxeur profitera à la Nation of Islam. Ali se rendra en Égypte en 1964 et sera accueilli par son président, Gamal Abdel Nasser, comme l’ambassadeur de la communauté noire aux États-Unis.

Mohamed Ali en compagnie de Malcom X

Sur cette photo, est présent Mohammed Ali, Malcom X et Elijah Muhammad. Tous les trois sont des leaders des Blacks Muslims.

Divers

On diagnostiqua qu’Ali était atteint de la maladie de Parkinson en 1982 ; par la suite, ses fonctions motrices commencèrent à décliner lentement. Sa conversion officielle à l’Islam sunnite et sa prise de distance avec l’historique Nation of Islam expliquent en partie son retour en grâce aux États-Unis où il fut accueilli à la Maison-Blanche par Gerald Ford et médaillé par George H. W. Bush.

En 1985, on lui demanda de négocier la libération de ses compatriotes kidnappés au Liban ; en 1990 à la veille de la guerre du Golfe il se rend à Bagdad et rencontre Saddam Hussein auprès de qui il plaide pour la paix et cherche à le persuader de ne pas étendre le conflit. Il n’obtient pas cela mais son entretien permet la libération de 15 de ses compatriotes enlevés par l’Irak au cours de l’opération Bouclier du désert. Vu la popularité de Mohamed Ali dans le tiers-monde, cette rencontre sera utilisée comme propagande par le régime baasiste irakien. En 1996, c’est lui qui alluma la flamme olympique à Atlanta. Durant les mêmes olympiades, on lui offrit également une médaille d’or pour remplacer celle qu’il avait gagnée en 1960 et qu’il avait jetée dans l’Ohio parce qu’on avait refusé de le servir dans un restaurant à cause de sa couleur de peau.

Sa fille Laila Ali devint à son tour boxeuse en 1999, malgré ses commentaires de 1978 contre la boxe féminine : « les femmes ne sont pas faites pour être frappées à la poitrine et au visage comme ça … les corps ne sont pas fait pour être boxés ici (en touchant sa poitrine). Se faire « frapper » au sein … « dur » … et tout ça. »

Crédit et sources:

Biographie de Mohamed Ali sur Wikipédia

UK: Muhammed Ali to visit ancestral home in Ireland

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s