Histoire de Moise avec Al Khadir

A la rencontre d’Al Khadir

Moïse se dressa en orateur face aux fils d’Israël, leur rappelant le jour du jugement dernier par des termes qui attendrirent les cœurs et firent jaillir les larmes. Lorsqu’il finit son discours, un homme lui demanda : « O messager de Dieu, y aurait-il sur terre un homme plus savant que toi ? ». Il répondit : « Non ».

N’était-il pas le vainqueur de Pharaon ? Dieu ne l’avait-il pas honoré de la Torah et ne lui avait-il pas parlé publiquement ? Quel honneur plus élevé que celui-là ?

Néanmoins, Dieu lui révéla que le Savoir ne pouvait être possédé par une seule personne ni même par un seul Messager. Il lui inspira également qu’il y avait sur terre une personne que Dieu a doté d’un savoir encore plus abondant que celui de Moïse (ou d’un Savoir complémentaire au sien).

La rencontre:

Moïse prépara son voyage et parti, accompagné de son disciple, à la rencontre de ce Prophète. Grâce aux indices qui lui furent inspirés, il le rencontra au « confluent des deux mers » et le reconnu aux traits de son visage suggérant la prophétie.

Moïse demanda : « Permettrais-tu, Ô esclave vertueux, à un homme qui a lutté contre les difficultés dans le seul but de rencontrer, d’apprendre un peu de ta science précieuse, en m’engageant à te suivre, toujours empressé à tes ordres ? »

Al-Khadir lui répondit : « Jamais tu n’auras assez de patience en ma compagnie. Si tu viens avec moi tu verras des choses étranges, et des actions à l’apparence douteuse même si le fond est juste. Tu ne pourras te retenir de protester et montrer ton mécontentement. Et comment pourrais-tu patienter envers ce qui n’est nullement ordinaire et qui dépasse ton savoir ? »

Moïse, qui tenait à la science et désirait le savoir, dit : « S’il plait à Dieu, tu me trouveras toujours calme et empressé à tes ordres » (Sourate La Caverne / Al Kahf, 68)

Al Khadir accepta la requête de Moïse et lui rappela qu’il doit se montrer patient et contrôler ses émotions jusqu’à la fin du voyage.

Le voyage commun:

Ils se mirent en marche en bordure de mer jusqu’à ce qu’ils entrevirent un bateau au large. Ils demandèrent aux marins de les transporter. Ces derniers acceptèrent et leur montrèrent le plus haut degré d’hospitalité.

Alors qu’ils se trouvaient sur le bateau, et à l’insu de ses propriétaires, Al Khadir arracha deux planches du fond du bateau. Moïse ne pu supporter cette situation, lui noble prophète envoyé aux gens pour les guider et repousser l’injustice. Il oublia son engagement et s’écria : « Ces gens nous ont accueilli avec la plus grande hospitalité et en contre partie tu perces leur bateau et essaies de les noyer ? En vérité ton geste est criminel».

Al Khadir se tourna vers Moïse et lui dit : « Ne t’ai – je pas dis que tu ne supporterais pas ma compagnie ? » A cet instant, Moïse se rendit compte de sa promesse et demanda pardon pour son oubli.

Une fois en bord de mer, ils reprirent leur marche jusqu’à rencontrer un enfant plein de joie et de bonheur jouer avec ses camarades. Al Khadir le prit de côté et l’étrangla. Moïse ne put se retenir à la vue, de ce qui lui paru, un crime injustifié d’un enfant innocent qui pourrait être enfant unique et l’espoir de ses parents. Il se délivra de son engagement et dit : « Pourquoi commets-tu cela ? Tu tues un innocent sans motif légitime ? C’est vraiment inouïe »

Al Khadir se tourna vers Moïse et lui rappela une deuxième fois : « Ne t’ai – je pas dis que tu ne supporterais pas ma compagnie ? ».  Moïse s’excusa une fois de plus et dit « Si je t’interroge encore une fois tu ne me voudras plus comme disciple. Tu n’as été que trop patient. ».

Ils continuèrent leur voyage jusqu’à leur arrivé à l’orée d’un village. Les habitants étaient avares, leur refusèrent l’hospitalité et ils sortirent sans logis ni nourriture. Malgré cela, Al Khadir aperçu un mur en ruine qui menaçait de s’écrouler et fit acte de courage en le restaurant et en le redressant.

Moïse interrogea Al Khadir : « Comme c’est étrange ! Tu récompense ces gens mesquins qui t’ont mal accueilli par ce bienfait ? Si tu le voulais tu pourrais réclamer un salaire qui subviendrai à nos besoins et nous garderai en vie.»

Le dénouement:

Al Khadir qui était désormais sûr que Moïse ne pouvait se montrer patient en sa compagnie dit : « Notre séparation est devenue inévitable. Je vais t’éclairer sur les incidents qui t’ont fait sortir de ta patience ».

Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des gens pauvres qui travaillaient en mer. Mais un roi injuste suivait chaque bateau en bon état et le perquisitionnait de force. J’ai voulut y faire face, afin que, lorsque le roi aperçoive le défaut que j’y ai fait s’en délaisse. Malgré que cette action puisse paraitre criminelle elle cache une grande miséricorde.

Quant à l’enfant, il était un mécréant et un insolent. Ses parents étaient pieux, cependant de par la nature humaine et l’amour que les parents éprouvent vis-à-vis de leurs enfants aussi bien dans le droit que dans le tort, j’ai craint que leur solidarité avec leur enfant ne les entrainent dans le mauvais chemin et les rendent impies. Je l’ai tué pour sauvegarder leur foi en espérant que Dieu leur donne en échange un enfant plus soumis et respectueux.

Enfin, quant au mur, j’ai su, grâce à Dieu, qu’il cachait un trésor qui appartenait à deux orphelins dont le père était vertueux. J’ai voulu protéger ce mur jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge mûr et déterrent eux-mêmes le trésor.

Tous ces actes sont de la grâce de dieu et je n’y ai aucune initiative. « Voilà l’explication des évènements qui t’ont fait sortir de ta patience ».


  • Courage, persévérance et patience dans la recherche de la science
  • Humilité y compris de la part d’experts ou de dirigeants : le savoir universel n’est jamais acquis
  • Patience dans la recherche du consensus et dans la confrontation des idées et opinions

Moment spirituel:

Cette histoire ainsi que les versets cités dans cette page sont issues de la sourate « La caverne / Al Kahf ». Ecoutez le passage concerné de cette sourate.

Sources:

1) Les histoires du Coran,
Traduction Noura Chaaban Issa
Dar al fikr

2) Sourate Al Kahf,
Ayates de xx à xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s