Omar Ibn Abdelaziz

Vous avez certainnement déjà entendu qu’à une certaine époque de l’Islam, les personnes aisées cherchaient des gens pauvres à qui donner la charité et n’en trouvaient pas. Cette époque est celle de  Omar Ibn Abdelaziz !

Omar ibn Abdelaziz, né vers 682 et mort en 720 à Alep, est le huitième calife omeyyade et est parfois considéré comme le cinquième calife bien guidé de l’islam pour sa sagesse, sa justesse et sa grande piété.

Pour rappel, les Omeyyades sont une dynastie de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Šams, grand-oncle de Mahomet (S). Ils sont originaires de la tribu de Quraysh, qui domine La Mecque au temps de Mahomet (S).
Succédant au calife Ali ibn Abi Talib, ils prennent Damas comme capitale et fondent le Califat omeyyade, qui devient le plus grand État musulman de l’Histoire en s’étendant de l’Indus jusqu’à la péninsule Ibérique. Renversés par les Abbassides, l’un de leurs survivants fuit en Andalousie et fonde un nouvel État à Cordoue.

Sa lignée :

L’attrait de Omar Abdelaziz a être juste et pieux n’est pas le fruit du hasard. Tout d’abord, il est l’arrière-petit-fils de Omar ibn Al-Khattab, deuxième calife bien guidé.

L’histoire de sa grand mère est tout aussi émouvante : lors de son règne, Omar ibn Al-Khattab aperçoit une laitière qui refuse de vendre du lait frelaté comme le lui ordonne sa mère. Le lendemain, il envoie un officier acheter du lait de la jeune fille : celle-ci est toujours détérminée à ne pas vendre du lait frelaté. En signe de gratitude, il offre à la jeune fille d’épouser son fils Assem. Elle accepte, et de cette union naît Leila, la mère de Omar ibn Abdelaziz.

Quant à son père, Abdelaziz, il est respectivement le fils et le frère des califes omeyyades Marwān Ier et Abd Al-Malik. Abdelaziz est censé succéder à son frère, mais meurt avant lui.

Gouverneur:

Sous Al-Walid Ier, Omar est nommé gouverneur de Médine. Contrairement à la majorité des gouverneurs, il forme un conseil avec lequel il administre la province. Son mandat est si remarquable qu’il n’y a pratiquement plus de plaintes envoyées à Damas. Sa réputation se répand à travers le Califat, si bien que de nombreux réfugiés affluent d’Irak pour fuire les exactions et les brutalités d’Al-Hajaj ibn Yusuf At-thaqafi. Ce dernier, furieux d’apprendre cette nouvelle, incite Al-Walid Ier à révoquer Omar de son poste. Le calife finit par céder à la demande d’Al-Hajaj, au grand damn de la population de Médine. Le successeur d’Al-Walid Ier, Sulayman, a une grande admiration pour son cousin Omar, qui continue à vivre à Médine. Il finit par le désigner comme successeur. Omar, réticent face à cette demande, n’accepte qu’à contrecœur de devenir calife, après avoir vainement tenté de dissuader Sulayman.

Calife:

Dès son arrivée au pouvoir en 717, Omar ordonne à Maslama ibn Abd Al-Malik de lever le siège de Constantinople, qui est en train de tourner au désavantage des Omeyyades, et de faire rentrer ses hommes en Syrie. Il envoie des provisions aux troupes, affamées durant le siège. À son arrivée à Damas, Maslama se rend à la cour du calife, mais ce dernier refuse de le recevoir. Il revient le lendemain avec 2 000 hommes, mais il n’est toujours pas reçu. Ce n’est qu’au troisième jour, alors qu’il n’est accompagné que d’un seul esclave, que Omar consent à le recevoir, lui faisant la leçon sur le bon usage des richesses, et Maslama se soumet.

Parmi les réalisation de Omar lors de son califat:
– Il met un terme à la coutume de maudir Ali ibn Abi Talib lors des prières du vendredi, et ordonne de remplacer la malédiction par des versets du Coran.

– Il fait appliquer la charia plus rigoureusement, fermant les débits de boissons alcoolisées et les bains publics où les femmes se mêlent librement aux hommes. Il renforce également l’application de l’aumône obligatoire, si bien qu’à la fin de son règne, il n’y a pratiquement plus de pauvre à qui donner de la charité.

– Il fait recenser les hadiths afin d’éviter qu’ils ne se perdent, et continue la politique d’actions humanitaires et de bienfaisance menée par ses prédécesseurs, ajoutant des programmes spéciaux pour les orphelins et les démunis.

– Il révoque plusieurs gouverneurs abusifs

– Il est également honoré pour avoir lutté contre les problèmes fiscaux concernant la conversion à l’islam. En effet, à cette époque, le Califat omeyyade est peuplé majoritairement de chrétiens, juifs, zoroastriens, etc. Leur conversion n’est pas forcée, mais ils sont sujets à des taxes plus élevées que les musulmans, d’autant plus qu’une fois convertis, on prélève sur eux la capitation (ğizya) comme s’ils n’étaient pas encore musulmans. D’un point de vue financier, la conversion massive diminuerait les revenus de l’État, et certains gouverneurs découragent les conversions à l’islam, mais Omar tente de résoudre le problème, insistant sur l’égalité de traitement entre musulmans arabes et non arabes, et enlevant les obstacles à la conversion des non Arabes à l’islam.

Personnalité:

Omar est connu pour sa grande piété et son dédain pour le luxe et les plaisirs d’ici-bas. Il préfère l’austérité et la simplicité à l’extravagance, devenue omniprésente dans les cours omeyyades. C’est ainsi qu’il met dans le trésor public les parures qui lui sont destinées, et abandonne le palais du calife à la famille de Sulayman, préférant vivre dans des logements modestes. Aussi, il se vêtit de manière simple, passant parfois de manière inaperçue. Même s’il jouit d’un soutien populaire immense, il n’hésite pas à encourager publiquement le peuple à élire quelqu’un d’autre s’il n’est pas satisfait avec lui. Il confisque les biens saisis par de nombreux officiels et les redistribue au peuple. Craignant d’être tenté par la corruption, il n’accepte que rarement les cadeaux, et quand c’est le cas, il les dépose promptement dans le trésor public. Il encourage également sa femme, qui est fille, sœur et épouse de califes, à faire don de ses bijoux. De nombreuses autres anecdotes édifiantes existent sur son honnêteté et sa générosité. Impopulaire auprès de la cour omeyyade en raison de ses actions, le soutien du peuple fait que personne ne manifeste ouvertement son opposition.

Crédit et sources:

Wikipédia : Omeyyades
Wikipédia : Omar ibn Abdelaziz

Un commentaire pour Omar Ibn Abdelaziz

  1. Marie dit :

    L’Islam n’est pas une religion d’interdit…Mais UNE RELIGION QUI MONTRE LE CHEMIN DU PARADIS !
    Tout le monde connait la chanson de Gavroche :  » Je suis tombé par terre , c’est la faute à Voltaire , le nez dans le ruisseau , c’est la faute à Rousseau ».Pour l’auteur Yvan Blot , Voltaire , Rousseau , mais aussi Marx et Freud , nous ont entrainés sur des mauvais chemins.Ce sont de FAUX prophètes qui ont cru libérés l’humanité et qui ont déchainé des forces de destruction , d’où les guerres révolutionnaires , la terreur , les totalitarismes , la dissolution des valeurs morales .
    Pourquoi ont-ils eu tant de succès ? Parce que ce sont des séducteurs qui ont fait croire aux hommes qu’ils allaient réaliser leurs plus chers désirs .Pas besoin de DIEU , vous êtes DIEU grâce à votre raison , dit Voltaire. Pas besoin de roi , vous êtes vous-mêmes roi grâce à la démocratie, dit Rousseau. Pas besoin de patrons , vous serez tous riches et tous patrons grâce au communisme , fait croire Marx . Pas besoin de morale , soyons tous des Don Juan grâce à la révolution sexuelle , suggèrent Freud et surtout ses disciples.
    En fait , tous avaient une vision de l’Homme comme étant essentiellement un animal..Freud déclare dans « Malaise dans la culture  » : ‘ L’Homme est un être à l’intelligence faible , qui est dominé par ses souhaits pulsionnels .’..L’ouvrage livre une autre façon de voir l’homme : Chacun des faux prophètes se voit opposé un adversaire : Pascal pour Voltaire ; Nietzsche pour Rousseau , Kierkegaard pour Marx et Heidegger pour Freud.
    IL faut donc aujourd’hui se libérer des faux prophètes et des illusions dont ils nous ont intoxiqués….Je vous propose de suivre le chemin du Prophète Mohamed ( Que la paix et le salut d’ALLAH soient sur lui ) .
    L’Islam est un mode de vie qui exige du Musulman qu’il respecte tout le monde ..L’honnêteté , la simplicité , l’humilité , la générosité,
    l ‘ absence de vanité .La capacité à servir les autres.Qualité à la portée de toutes âmes , sont les véritables fondations de notre vie spirituelle…
    En conclusion : ALLAH ( Exalté ) dit :  » Et quiconque désire une religion autre que l’ISLAM ne sera point agrée , et il sera dans le delà , parmi les perdants .  » ( Coran )
    Qu’ALLAH nous guide et nous éclaire .Amine .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s